06/01/2008

Histoire fantastique

 

An 2008 après J.C., une nuit noire et orageuse, soudain un éclair venu du néant frappe un chêne centenaire. Celui-ci s'embrase et son tronc explose sous la chaleur générée par l'arc électrique. Dans un grondement, des branches s'abattent sur le sol. Un autel celte de granit jouxtant son tronc est descellé par la puissance des éléments déchaînés, laissant entrevoir une anfractuosité...

Un camp de scouts venus s'établir non loin de là est tiré de son sommeil.

Les chefs décident qu'ils iront voir le lendemain quand les éléments se seront apaisés.

Loup solitaire, de son prénom Eric entrouvrit les yeux et le soleil l'aveugla un instant. Belle journée pensa-t-il. Il regarda sa montre et pensa :

« 18 juin et 8h 50, on est à la bourre »

Alors qu'il sortait de sa tente, il aperçu la belle Jessica de son totem « Clair de lune ».

Après les salutations d'usage et s'être sustentés, ils décidèrent d'aller voir sur la crête ce qui avait causé ce tintamarre nocturne et cet incendie spontané.

Ils se mirent en route, passèrent auprès d'un rocher en forme de lit. Une pancarte clouée à un arbre indiquait « le lit du diable ».

Sinistre pense, Jessica qui ne peut s'empêcher de frissonner.

« Hmmm, je la prendrais bien sur ce lit même si c'est un peu dur » songea loup solitaire qui avait envie d'apaiser ses sens aiguisés par l'abstinence.

Ils gravirent la colline à travers les bois par un petit sentier escarpé à peine tracé. Ils passèrent à côté d'un rocher à la forme d'un homme courbé d'une couleur étonnamment blanchâtre. La végétation à cet endroit était différente de celle qu'ils avaient rencontré jusque là. Un amoncellement de rochers dans lesquels on devinait des escaliers taillés surplombait cette pierre dressée telle une antenne vers le ciel...

Eric remarqua au passage que le sommet était tailladé en formes de pointes. Continuant leur chemin, ils arrivèrent enfin près de l'arbre encore fumant.

Une dalle plate de granit reposant sur deux autres rochers servant de support semblait avoir été déplacée par la force de la foudre.

Jessica s'écria : « tu as vu, il y a un trou !!! »

Loup solitaire s'approcha et constata une cavité derrière un rocher qui semblait servir de porte à la « dalle-autel ».

« Donnes-moi la lampe de poche » fit-il à Clair de lune.

Il éclaira et remarqua des objets insolites. Ils décidèrent d'élargir la fente en se servant d'un tronc d'arbre comme levier.

Après moult efforts, ils écartèrent et firent rouler le rocher.

Devant eux se trouvait une chambre funéraire. Au fond de celle-ci se trouvaient les restes de trois dépouilles momifiées ainsi que leurs objets personnels.

Des tablettes de pierres gravées et recouvertes de poussière attirèrent leur attention.

Jessica et Eric étaient justement des étudiants en archéologie et il leur sembla que les signes sculptés avoisinaient un mélange d'Etrusque et de hiéroglyphes égyptiens.

Ils décidèrent de rejoindre le camp de scouts avec leurs trouvailles et de revenir le lendemain. Une étude à l'université qu'ils fréquentaient, de ces mystérieuses tablettes s'imposait.

Les deux jours suivants, ils décryptèrent les signes et commencèrent à établir une traduction. Un signe analogue au dieu du soleil égyptien les intriguait.

Ils n'en comprenaient pas le sens.

L'icône de Râ était accompagné de lignes et représentait un plan. Ils statuèrent de retourner à l'endroit de la découverte afin d'examiner les lieux.

Le 20 juin au matin, alors qu'ils débattaient du sujet.

Jessica eut comme un déclic.

« Et si cela était la position du soleil, regardes un arbre feuillu et trois pointes rocheuses vers une autre pointe. »

« Cela prédit le retour de la guerre de la pierre si le soleil est en alignement avec je ne sais quoi ? » rétorqua-t-il.

« Il faut qu'on y retourne, mais on parle aussi de trois hommes comme si il y avait deux épisodes dans cette période. »

Dès potron-minet, ils parviennent près de la tombe.

Jessica s'écrie : « regarde là, les trois pointes »

Redescendant vers le plateau de quelques mètres en contrebas, ils aperçoivent

Une sorte de promontoire comme aplani et pour y parvenir quelques marches taillées dans la roche.

Loup solitaire se place sur la dalle plate et constate qu'à la hauteur de ses yeux, quelques mètres devant lui se trouvent deux rochers en pointes en forme de V.

Quelques dizaines de mètres plus bas se dressait le rocher blanchâtre courbé en forme d'homme.

« On dirait comme un viseur »

« Mais c'est le soleil qui est la clef, il doit être aligné et désigner un endroit bien plus loin, d'après les signes. Le soleil provoque un grave phénomène si il est en alignement »

Soudain à Midi, le soleil dans le ciel frappa le visage de loup solitaire qui se retourna aveuglé et vit que ses rayons passaient entre les deux pointes et un peu au dessus du rocher blanc acéré. Le sol sembla frémir comme si de peur, le ciel s'assombrit et le rayon solaire seul semblait plus dense et indiquait presque un rocher quelques km plus bas.

« Donnes moi les jumelles que je regarde ce que c'est, mince on dirait un menhir » fit-il.

« Mais le triangle sur la tablette, je ne comprends pas »s'exclame Jessica.

Il scruta les alentours et vit un autre menhir dressé.

« Le voilà, notre triangle »

« Nous allons loger ici cette nuit, j'ai emmené la tente »

Mais le vent se levait et le ciel noircit, des éclairs dans les nuages semblaient les écarter et laissaient apparaître une zone triangulaire entre les nuages. Une lumière intense et aveuglante émanait de la zone et éclairait un immense triangle sur le sol.

« Regardes la pointe du triangle est devant le rocher blanc, à quelques jours près ils coïncideraient »

Soudain le phénomène s'estompa et le ciel redevint clément. Les oiseaux se remirent à chanter. La nature s'était calmée.

« On dort ici, on pourra mieux comprendre en étant sur place. »

Jessica reprit : « les tablettes parlent qu'un phénomène catastrophique venant du ciel apparaîtra si les trois pointes du triangle sont frappées par le soleil. »

« Il s'en est fallu de peu tout à l'heure »

« Ils parlent que les trois hommes cachaient le soleil avant la deuxième ère »

« Qu'ensuite vint la paix grâce à ce signe »

« On dirait un arbre, non ? » dit Eric

« Je ne sais pas, il faut qu'on analyse mieux cela »

Ils montent la tente et s'asseyent à l'intérieur.

Tout en observant leurs notes Eric ne pouvait s ‘empêcher d'admirer la poitrine

Rebondie de son amie qui émergeait de sa chemise bleue entrouverte.

Esquissant un sourire, il plonge ses yeux dans les siens

Et esquivant une pochette sourire, il plonge sa main sur ses seins.

« Non pas sans » émit elle.

(Note de l'auteur : c'est un conte fantastique, non érotique, veuillez ne pas lire...

Je vois qu'on ne m'écoute pas, dès lors, je censure ce passage)

Un cri retentit dans la forêt. Ce n'était heureusement qu'un cri de plaisir de notre héroïne.

« Nous sommes en été » dit Jessica

« Ce matin, c'est le 21 juin »

«Mais bon sang voilà le signe, il indique la période de l'année » s'écrie Eric.

« Nous sommes au solstice d'été »

« Mais alors cette période dangereuse, ce... ce serait aujourd'hui... » Lâcha, blême, Jessica avec une voix étranglée ».

« Hier, l'alignement était presque atteint, je crois qu'aujourd'hui, le soleil devrait toucher le sommet du rocher blanc et déclencher l'apocalypse ».

Soudain vers 11h 30, le ciel se mit à se couvrir. Le vent se lève. Les nuages commencent à cumuler et tourbillonner sur eux-mêmes. Dans cette virevolte, le triangle s'esquissait.

« Cela recommence, il faut qu'on se place sur la dalle pour masquer le soleil comme les hommes le faisaient sur les tablettes »

Le sol se met à trembler, ils se placent sur la dalle face au « viseur » et se blottissent l'un contre l'autre.

« Que va-t-il arriver ? »

Soudain le soleil se mit à les aveugler, leurs corps étaient irradiés d'une intense lueur. Mais ils suscitaient une ombre sur le rocher blanc.

A midi, lorsque le soleil était à son apogée, le phénomène amplifia mais Jessica et Eric dans une étreinte de peur mais chargée d'amour firent bloc.

« Mais les autres années, je ne comprends pas... » dit Jessica.

« Cela devrait se passer chaque année, ... »

Alors que le phénomène s'estompait, Eric lanca :

« Le chêne, Jessica, le chêne... »


auuiy801 

 

17:42 Écrit par Âm€ric | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Superbe imagination, on pourrait en faire un film.

Écrit par : Sam | 10/01/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.